ENSCI–Les Ateliers

ÉDITO #50 Une multitude de projets témoigne de la diversité des territoires investis par l'ENSCI. Ce numéro propose un copieux paysage de ces avancées. Clémentine Chambon, première designer en résidence à l'ENSCI, expérimente l'intégration des OLED dans le papier. Philippe Comte interroge ses élèves lors d'un récent workshop : "Comment passer du design à l'innovation sociale ? Côté design et biologie, un nouveau cours "Aux frontières du vivant" propose d'explorer l'univers de la biologie depuis la rentrée ; tandis qu'un workshop international "Behavioral matter" vient de se terminer et qu'un Master of Science sur le Biomimétisme ouvrira ses portes en 2020. Technologie, biotechnologie, innovation sociale... des terrains où l'éthique est invitée et sur lesquels les élèves explorent de nouvelles pratiques pour inventer les formes de la société.
À noter : Portes Ouvertes les 24 et 25 janvier 2019.


Un atelier de projet franco-chinois à hangzhou

Deux grandes écoles nationales supérieures parisiennes qui forment au métier de designer s' associent à l'Académie d'Art de Chine et créent un atelier de projet franco-chinois.

L'ENSAD, l'ENSCI-Les Ateliers et l'Académie d'Art de Chine ont mis en oeuvre un espace de création et d'innovation intitulé "Atelier de projet franco-chinois" et basé à Hangzhou. Il est expérimenté depuis la rentrée.
Cet atelier s'inscrit dans la lignée des ateliers de projets menés en partenariat à l'ENSCI.
À Hangzhou, chaque semestre, il traite de sujets prospectifs en lien avec une entreprise française ou chinoise. Les étudiants français (5 issus de l’ENSCi et 5 de l’ENSAD) sont intégrés à la vie quotidienne locale avec la possibilité de s’initier à la langue chinoise. Le premier atelier de projet en cours depuis la rentrée se déroule en partenariat avec la société Alibaba. Les premiers designers intervenants : Bernard Moïse/ENSCI et Florence Doléac/ENSAD, Jean-Louis Fréchin.


Clémentine chambon, première designer en résidence à l'ensci

Ce nouveau dispositif de "Designer en résidence", créé par l'ENSCI, propose à des designers un espace pour conduire un projet et des expérimentations dans une dimension recherche. Une manière de développer et préciser les formes mêmes de la recherche sans le côté traditionnellement académique. Un enjeu pour le design.

Clémentine Chambon développe son projet "Paperwork" depuis le mois d'octobre à l'ENSCI. « Ce projet est né de l’observation de la diffusion de la lumière naturelle sur les objets, les formes et les matières, de cet émerveillement que l’on peut ressentir enfant, lorsque l’on considère ces effets au premier degré. Toute matière illuminée devient alors éclairante, elle gagne ainsi dans notre imaginaire de nouvelles qualités, fonctionnalités. Après un parcours autour de la lumière et du textile, j'avais envie d’aborder les OLED, technologies de lumière encore peu répandues et de les déposer sur du papier, matériau historique, quotidien, accessible. » Tels sont les premiers mots de Clémentine pour raconter le pourquoi de son projet. "Le papier est le matériau du secret, de l'esquisse, de la maquette, de la légèreté. On pourrait même envisager d'envoyer des messages codés avec des papiers lumineux."
Avec, "Paperwork", elle expérimente la matière en y intégrant des OLED. Elle traite de sujets aussi divers que l'interaction entre la lumière et les motifs, la mise en forme du papier et de la lumière, le nomadisme ou l'économie d'énergie...

Pour ce projet, elle s'est entourée d'un réseau de partenaires motivés par son travail. "Des gens qui se posent de vraies questions sur le papier et la lumière. Parce qu'on ne fait pas de recherche tout seul, il est nécessaire de s'entourer de différents corps de métiers."
Sophie Chénel /Procédés Chénel, Myriam Kermene /Papiers Fedrigoni, Loïc Maiche /ADM imprimerie contemporaine, Julien Bobroff /Professeur chercheur Equipe La physique Autrement, Guillaume Cohade /Sammode Luminaires, Erik Haberfeld /graphiste, Simon Lorand /Glowee qui travaille sur la lumière innovante grâce à la bioluminescence, Sylvie Bartoletti /Nature et Découverte, Olivier Douhéret /Materia.
Retrouvez Paperwork sur instagram
paperwork_project

UNE NOUVELLE FORMATION POUR 2020 : UN MASTER OF SCIENCE À L'ENSCI

Intitulé Nature-Inspired Design, cette formation a pour objectif de réinventer la pratique de professionnels et jeunes diplômés (designers, architectes, ingénieurs...) en empruntant les mécanismes et les stratégies de la nature, ses matières et process.

Cet enseignement proposé par la Formation Continue de l'ENSCI, sera dirigé par Guillian Graves, designer et diplômé de l'ENSCI. Il
se déroulera sur 18 mois sera dispensé en anglais.

UNE MÉDAILLE D'OR POUR LA NOUVELLE ÉQUIPE IGEM PASTEUR LORS DES REMISES DE PRIX DU CONCOURS À BOSTON EN OCTOBRE 2018.

La 3e édition du concours IGEM vient de se clôturer avec une médaille d'or pour le projet "NeuronArch"* de l'équipe interdisciplinaire Pasteur Paris 2018 dont font partie cette année des élèves du mastère spécialisé Création et Technologie Contemporaine de l'ENSCI encadrés par le designer Guillian Graves.

En parallèle, le premier projet "MOS(kit)O" (2016), conçu par une autre équipe Pasteur Paris avec cette fois des élèves en Création Industrielle de l'ENSCI, et également récompensé d'une médaille d'or il y a 3 ans, est en cours d'incubation dans le "Grand Bain", l'incubateur de design de l'ENSCI.

**Une interface biologique permettant de relier les nerfs résiduels d'un membre amputé à des prothèses bioniques ou non. Un objet en plastique avec de l'électronique embarquée entourée d'un biofilm qui annihile
toute possibilité d'infections et de rejet, et donne aux neurones la faculté de se régénérer.

"Aux frontières du vivant", un cours sur la biologie pour des designers

Je donne le cours que j'aurais aimé avoir en amont de mes études, un aperçu à 360° de la biologie et des biotechnologies. (...) Prendre le vivant, non pas seulement comme une source d'inspiration mais comme un véritable partenaire pour dessiner de nouvelles relations. Dans ce cours, l'éthique est présente en continu et les designers sont capables de se projeter vraiment loin.
Ce cours est une manière de fournir des outils conceptuels, éthiques et techniques aux élèves afin qu'ils puissent comprendre et, à terme, naviguer dans les biotechnologies.

Marie Sarah Adenis est designer diplômée de l'ENSCI-Les Ateliers, d'un master en biologie et d'un mastère spécialisé en neurosciences. Elle est co-fondatrice et directrice artistique de la start up PILI, qui développe des colorants pour textiles, conçus à partir de cultures bactériennes, non polluants, peu chers et produits en nombre.


la revue "déforme" présente son premier NUMÉRO intitulé "entretien"

La nouvelle revue, conçue et réalisée par des élèves encadrés par Edith Hallauer et accompagnés par les éditions B42, vient de sortir. Elle sera bientôt disponible à la vente sur le site internet de l'ENSCI et sur place, lors des prochaines Portes Ouvertes.

L'idée de "Déforme"est de montrer comment des élèves designers s'approprient des outils de réflexion et les rapprochent de leur pratique. En d'autres termes : comment outiller la pratique des designers ? D'où la première thématique sur l'entretien qui pose la question de l'expérimentation et de l'enquête sur le terrain d'autres disciplines. Pour Alexandre Demos, de B42, " on peut toujours avoir une bonne idée, mais si on ne trouve pas sa forme, cela ne fonctionne pas. Il était clair que les contenus que je voyais traités dès le départ dans cette revue correspondaient à un travail de designers".
Prochaine thématique explorée : "Le terrain" une question à priori sociologique ou anthropologique qui devrait bien intéresser nos designers.


nouveaux dipômes de créateur industriel et de designer textile conçus par le studio icinori.

À travers la conception graphique de ses diplômes par des auteurs très différents, l'ENSCI donne la parole à d'autres créateurs que les designers.

Depuis l'origine, dessinateurs, illustrateurs, graphistes ont oeuvré à faire de ce diplôme un objet digne de ce nom : Moebius, Lorenzo Mattotti, Guillaume Reynard, Agence C-Album, Bonnefrite, Icinori.
Les premiers, des artistes très talentueux, ont généreusement illustré le diplôme. Avec les années, et à la demande de l'école, lorsqu'un pôle dédié à la phase diplôme s'est constitué, d'autres créateurs se sont attachés à exprimer graphiquement des formes correspondant à la diversité des profils des élèves et des diplômés. C'est encore le cas aujourd'hui.

EXPOSITION DES DIPLÔMES DU MASTÈRE SPÉCIALISÉ CRÉATION ET TECHNOLOGIE CONTEMPORAINE

Le 5 décembre, un triple événement à l'ENSCI : remise des diplômes de ce mastère spécialisé, conçus par l'atelier de graphisme Villa Böhnke, vernissage de l'exposition des projets, et table ronde avec les protagonistes du dernier projet présenté par l'équipe IGEM
Pasteur, "NeuronArch".

Ils sont sept diplômés à exposer leurs projets et ont travaillé sur le vivant, les écosystèmes, la régénération des neurones, l’impression 3D, la gestion de l’énergie, de la pollution... Des problématiques technologiques et contemporaines.
Exposition des diplômes du MS CTC, du 5 décembre 2018 au 7 janvier 2019.

"RÉCIT PRO-CITÉ", UN WORKSHOP D'UNE SEMAINE MENÉ AVEC DES ÉLÈVES DANS UN QUARTIER DE MALAKOFF

L'association LKEcowork, fondée par Laure Kuntzinger, porte un projet d'intégration sociale sur deux ans, dans un espace de 200 m2 situé dans un quartier de Malakoff en banlieue parisienne. Trois missions : soutien scolaire, intégration professionnelle, intégration sociale par le sport. Le public adhérent de l'association : des mamans, des enfants et des adolescents.
L'idée de ce workshop avec des élèves de l'ENSCI encadrés par Philippe Comte : comprendre l'association à travers et avec ses usagers pour tenter d'améliorer son organisation, son fonctionnement et mettre en valeur ses adhérents, avec les notions de transmission et d'économie de moyens.

Après un travail de prototypage et d'itération, les équipes constituées d'élèves-designers, de mamans et d'enfants ont pu proposer des solutions mises en oeuvre immédiatement : une signalétique pour hiérarchiser les espaces et donner une meilleure information ; des rangements conçus avec très peu de moyens pour structurer le lieu...

L'ENSCI est impliquée depuis de nombreuses années dans cette réflexion sur le design pour l'innovation sociale, et notamment à travers le réseau DESIS qu'elle a rejoint en 2012.

DESIS, pour Design for Social Innovation and Sustainability, est un réseau international créé en 2009 par Ezio Manzini et François Jégou.

Du nouveau du côté de nos anciens. Editions, expositions, résidences: leurs projets sont multiples en France comme à l'étranger.

Guillaume Jandin, Raphael Daufresne, Guillaume Bloget et Thélonious Goupil publient bientôt le second numéro de leur revue "Typologies", après le premier sur la boule de pétanque, celui-ci est consacré au bouchon. Ils préparent également le 3e où il sera question de vin.
découvrez la campagne sur Kickstarter

Raphael Pluvinage et Marion Pinaffo exposent au musée des Arts décoratifs et du Design (MADD) de Bordeaux : "Phénomènes - Quand le design dévoile les technologies invisibles du quotidien", dans le cadre du cycle d’invitations aux jeunes designers. Du 30 novembre 2018 au 3 mars 2019.

Stéphane Villard et Gaelle Gabillet, poursuivent leur résidence à la Villa Medicis, et viennent de réaliser en parallèle l'exposition "Demain le vaisseau chimère"à la Galerie des galeries, aux Galeries Lafayette à Paris, jusqu'au 13 janvier 2019.

Normal Studio - Jean-François Dingjian et Eloi Chafaï - vient de réaliser le nouveau parcours de "La folle histoire du design " au musée des Arts Décoratifs à Paris, avec une approche plus fluide, lumineuse et une mise en perspective qui met en valeur des pièces jusqu'ici presque oubliées.

De son côté, Alexandre Benjamin Navet a eu carte blanche pour créer une énorme fresque, intitulée "Espaces d'espaces", dans la Galerie d'Actualités du musée.

48 Rue Saint-Sabin 75011 PARIS / T:0149231212 /WWW.ENSCI.COM